​Maintien de l’âge de la retraite des femmes à 64 ans

Pourquoi est-ce important ?

Depuis 2014, les cotisations salariales et publiques ne suffisent plus à financer les rentes AVS distribuées. En 2018, la différence entre les recettes et les dépenses a dépassé le milliard de francs. Cette situation s’aggravera encore à partir de 2020 en raison du départ à la retraite des baby-boomers.

Plus d’information sur: https://www.bsv.admin.ch/bsv/fr/home/assurances-sociales/ahv/reformes-et-revisions/ahv-21.html.


L’augmentation de l’âge de la retraite à 65 ans pour les femmes jusqu’en 2030 devrait permettre de diminuer les dépenses. En parallèle, la TVA devrait être augmentée afin de générer des recettes supplémentaires pour l’AVS.

Ce qui est problématique, c’est que les femmes, en raison des inégalités salariales actuelles et des interruptions dans leur activité lucrative, disposent déjà aujourd’hui d’une rente AVS diminuée, alors qu’elles effectuent la majeure partie du travail de care . Actuellement, les femmes effectuent pour environ 2.3 milliards de francs de tâches non rémunérées sous la forme de travail de care, principalement en ce qui concerne la garde des enfants . Avec cette nouvelle proposition, les femmes devaient en plus travailler une année supplémentaire en étant payée, pour autant que ces emplois existent.

Qu’est-ce qui a été entrepris jusque-là ?

Après le refus par le peuple de la Prévoyance vieillesse 2020 en 2017 et l’acceptation de la Réforme fiscale et du financement de l’AVS (RFFA) en mai 2019 , le Conseil fédéral a élaboré un avant-projet pour la stabilisation de l’AVS (AVS 21) .

Cet avant-projet a pour but d’introduire un âge de référence à 65 ans pour le départ à la retraite, tant pour les femmes que pour les hommes. La proposition actuelle prévoit de relever progressivement l’âge de référence pour la retraite des femmes de trois mois chaque année à partir de l’année suivant celle de l’entrée en vigueur de la réforme . Les femmes directement concernées par cette augmentation sont celles nées entre 1959 et 1967 . Deux variantes relatives aux mesures de compensation devraient pouvoir profiter à ces femmes. La première prévoit un taux de réduction plus favorable en cas de retraite anticipée. La seconde prévoit que les femmes, en particulier celles disposant d’un faible à moyen revenu, pourront travailler jusqu’à 65 ans, ce qui améliorera leur rente AVS . Le Conseil fédéral prévoit de consacrer 700 millions de francs pour ces mesures de compensation. 

Quelles sont les positions des différents partis ?

Les Verts et le PS sont favorables au maintien de l’âge de la retraite à 64 ans. Ils sont contre une augmentation de l’âge de la retraite tant que l’égalité salariale entre les sexes n’est pas atteinte. Cela inclut également la reconnaissance du travail de care qui n’est jusque-là pas rémunéré .

Le PDC, le PVL, le PBD, le PLR et l’UDC soutiennent tous une augmentation de l’âge de la retraite. L’UDC appelle activement à une augmentation de l’âge de la retraite et rejette parallèlement toute augmentation des impôts ou des taxes telle que proposée par le paquet AVS 21 .

Le PDC considère que l’augmentation progressive de l’âge de la retraite à 65 ans est une nécessité. Il appelle à des compensations pour les écarts de cotisations par exemple en raison de la maternité de sorte qu’il ne revienne pas (uniquement) aux femmes d’en supporter les coûts .

Le PVL estime que les chiffres clés de la réforme AVS tels que présentés par le Conseil fédéral sont corrects. L’adaptation et la flexibilisation de l’âge de la retraite sont nécessaires au vu de l’évolution démographique. Des compensations temporaires pour les femmes directement touchées se justifient . Les compensations ne doivent pas être distribuées selon le principe de l’arrosoir mais doivent être ciblées et adaptées aux besoins.

Le PLR salue également l’augmentation de l’âge de la retraite pour les femmes à 65 ans. Une compensation pour les femmes directement touchées ne devrait pas être trop élevée afin de ne pas réduire à néant les économies réalisées . Le PLR rejette par contre la mesure d’amélioration de la rente AVS pour les femmes qui travaillent jusqu’à 65 ans .

Le PBD soutient un même âge de départ à la retraite pour les femmes et les hommes. L’évolution démographique joue un rôle central tant que l’âge de la retraite est fixé en chiffres absolus. Il découle d’une analyse rationnelle qu’en 2050, l’âge de la retraite serait d’environ 70 ans. Dans la mesure où les aspects politiques et émotionnels étouffent les facteurs économiques, les questions relatives à l’âge de la retraite devraient être dépolitisées. A cette fin, le PBD propose un automatisme qui lierait automatiquement le futur âge de la retraite à l’augmentation de l’espérance de vie . 

Maintien de l’âge de la retraite des femmes à 64 ans

Verts

Tant que l’égalité salariale n’est pas réalisée

PS

Tant que l’égalité salariale n’est pas réalisée

PDC

Les lacunes de cotisations dues à la maternité devraient être compensées

PVL

une compensation temporaire pour les femmes est envisageable

PBD

l’âge de la retraite devrait être lié à l’espérance de vie dans le futur

PLR

avec une compensation partielle qui n’annule pas les effets positifs de l’augmentation

UDC

Pour accéder à nos sources, veuillez cliquer sur les positions des parties (p. ex. oui / oui, mais... / non, mais... / non).

Facebook
Facebook
Instagram