Vaterschafts/
Elternurlaub

​Congé paternité / Congé parental

Pourquoi est-ce important ?

En Suisse, une femme bénéficie d’un congé maternité de 14 semaines après la naissance, un homme seulement d’un jour. La Suisse se trouve ainsi dernier de classe au niveau européen. Tous les autres Etats connaissent un congé paternité ou un congé parental.
La répartition classique des rôles au sein la famille ne reflète plus aujourd’hui la réalité et discrimine même tant les mères que les pères. Les pères ne sont pas impliqués dès le début dans la famille. Les femmes ont passablement plus de difficultés à réintégrer le monde du travail parce qu’elles sont souvent la seule personne de référence proche de l’enfant. De plus, elles ne sont plus prises au sérieux sur leur lieu de travail, sont souvent placées à des postes inférieurs avec moins de responsabilités voire même licenciées après le délai de résiliation. Cela est applicable non seulement aux mères mais également aux femmes en âge de procréer, dont la possibilité d’une grossesse est considérée comme un risque. Un congé paternité ou un congé parental aurait pour conséquence de changer la répartition des tâches à la maison ce qui conduit finalement à plus d’égalité des chances dans la vie professionnelle. Pour ces raisons, plus de 80 % de la population soutient un congé paternité rémunéré, d’après une étude représentative réalisée par l’institut LINK .

Qu’est-ce qui a été entrepris jusque-là ?

L’association « Le congé paternité maintenant ! », une association regroupant les organisations faîtières des organisations de travailleurs (Travail Suisse), des organisations d’hommes et de pères (maenner.ch), des organisations des femmes (Alliance F) et des organisations familiales (Pro Familia Suisse), s’est approprié le sujet et a lancé, le 24 mai 2016, l’initiative populaire « Pour un congé paternité raisonnable - en faveur de toute la famille » qui prévoit un congé paternité rémunéré de 20 jours qui peuvent être pris de manière flexible pendant l’année qui suit la naissance d’un enfant. Ce congé serait financé, comme pour le congé maternité, par les allocations pour perte de gain (APG).
Le Conseil fédéral recommande de rejeter l’initiative car il considère qu’il est plus important d’élargir l’offre d’accueil extra-familial pour les enfants . Au cours des délibérations parlementaires, le Commissions ont décidé de lancer un contreprojet qui ne prévoit un congé paternité que de deux semaines. Celui-ci pourrait être pris dans les six mois qui suivent la naissance de l’enfant. Les deux Conseils ont accepté cette proposition à titre de compromis, la majorité estimant qu’une modification est nécessaire. Le comité d’initiative examine en ce moment le retrait de l’initiative.
Plus d’informations sur :

www.conge-paternite.ch​

www.parlament.ch

Comment se positionnent les partis à ce sujet ?

A l’exception de l’UDC, tous les partis reconnaissent un besoin d’agir pour une politique plus favorable à la famille, même si les opinions divergent. L’UDC est le seul parti à rejeter les propositions relatives à un congé parental ou un congé paternité. Les autres partis sont unanimes sur le fait qu’une modification est nécessaire. Cependant les positions peuvent largement varier d’un parti à l’autre. Alors que pour le PS, les Verts et le PVL, l’introduction d’un court congé paternité n’est qu’une première étape, les partis centraux tels que le PLR, le PDC et le PBD reconnaissent un besoin mais ne souhaitent que des adaptations mineures. Ainsi, le PLR préférerait un congé parental de 16 semaines, le PDC un congé paternité de deux semaines et le PBD n’a pas de recommandation claire à ce sujet.

Congé paternité / Congé parental 

Grüne



 

SP



CVP

Congé paternité de deux semaines

GLP

Congé parental de 14 semaines pour les deux parents

BDP

Plutôt un congé parental qu’un congé paternité / pas de recommandation claire

FDP

Congé parental de 8 semaines pour la mère et 8 semaines à partager librement

SVP


Pour accéder à nos sources, veuillez cliquer sur les positions des parties (p. ex. oui / oui, mais... / non, mais... / non).

Facebook
Facebook
Instagram